Bonsai-club du Lauragais
votre club de bonsaï du sud toulousain

QU’Y A-T-IL D’ECRIT SUR UN SAC DE SUBSTRAT JAPONAIS ? (SUITE 1)

Pour ce qui est du verso, nous prendrons différents exemples, sans faire de traductions complètes, mais en donnant des points de repère et un peu du vocabulaire indispensable.

Considerons le tableau suivant pris sur un sac de kiriusuna.

La ligne tout en bas, en gros caractères, indique que le kiriusuna (3 premiers kanji) y est classé par sélections (2 derniers kanji). Comme on va le voir ces sélections sont au nombre de trois.

Le tableau proprement dit est divisé en 3 colonnes portant chacune un titre entre crochets.Celui de la colonne de gauche :

indique qu’on y trouvera la couleur du sac.

en tête de colonne centrale indique que l’on y trouvera le "diamètre" du grain. Enfin la troisième colonne indique :

l’utilisation.

Revenons à la première colonne, les couleurs sont écrites en katakana, on fait donc appel à des noms de couleur d’origine étrangère (bien que le japonais ait ses propres mots).On a successivement :

de l’anglais "blue" donc bleu.

"murasaki" violet. (origine ?)

de l’anglais "green" donc vert.

La deuxième colonne donne, en correspondance, la taille du grain. Vous
reconnaissez de haut en bas, gros grain, grain moyen, petit grain.

Regardons l’usage que l’on peut faire du kiriu en gros grains contenu dans les sacs bleus de ce fournisseur (2 lignes en tête de 3° colonne). Les usages sont séparés par des points. Le premier concerne les orchidées :

"ran" , le mot est ici en hiragana mais il existe un kanji qui est :

. Ici, et dans la suite on précise l’origine des orchidées :

indique qu’il s’agit d’orchidées occidentales.

indique qu’il s’agit d’orchidées orientales.

Il y a une très grande différence de climat entre Hokkaido et le sud de l’archipel. Il ne serait donc pas absurde de distinguer les orchidées par leur origine orientale ou occidentale au sein même du Japon. Le fait que le producteur exporte et aussi l’étymologie nous font pencher pour nos pays comme étant l’occident.

Viennent ensuite les 2 kanji de bonsai, puis une expression qui signifie
"comme terre de fond pour les plantes en pot"
La 2° ligne, en dessous, se retrouvera 3 fois. Elle signifie "pour les plantations en pots ordinaires (autre utilisation terre et mélange)".Noter ici que l’expression ne commence pas par un tiret mais par le kanji "ichi"(un), qui combiné avec le suivant se lit "ippan no"et veut dire : général, universel, ordinaire, moyen....

La granulométrie moyenne est utilisée aussi pour les orchidées occidentales, les bonsai et aussi les plantes à feuillage :

La granulométrie fine a pour usages :

Les orchidées orientales et occidentales

Les plantes sauvages des plaines et des montagnes.
Viennent ensuite les plantes à feuillage, les bonsai et la liste se termine comme pour les deux catégories précédentes.

dimanche 10 janvier 2010, par Jean Devillers