Bonsai-club du Lauragais
votre club de bonsaï du sud toulousain
les bonsaï →Les facteurs de croissance

004 LES FACTEURS DE CROISSANCE . Partie 2.1 Mélanges de terres

Article de Rune Kyrdalen [1]

Partie 2. Facteurs de croissance telluriques

Nous distinguons 3 facteurs de croissance telluriques :

- composition du milieu de culture et sa structure

- teneur en nutriments du milieu de culture

- micro-organismes dans le milieu de culture

Ces facteurs peuvent, en grande partie, être contrôlés par les amateurs.

Partie 2.1 Mélanges de terres

La composition du milieu de culture a une grande importance sur comment les arbres poussent. Il y a une grande différence entre la terre qui est propice pour un arbre en pot, qui peut être arrosé et fertilisé régulièrement, et celle de la nature dans laquelle un arbre pousse librement.

La taille des particules a une grande influence sur la force de croissance de l’arbre. Les petites particules retiendrons plus d’eau que les grosses particules, celles-ci conduiront à une pénétration réduite de l’air et de l’eau dans les pots. Les particules de caractéristiques disparates retiendrons l’eau de façon dissemblable, les particules organiques retiendrons plus d’eau que les particules inorganiques.

Les particules en dessous de 1 mm ne sont pas valables dans les pots. Il y aura une différence dans la taille optimale des particules en fonction de la taille du pot où pousse l’arbre, le climat du lieu de culture et l’espèce dont on parle.

Lorsqu’il s’agit de décider de quel type de support de culture on utilisera pour ses arbres, on doit prendre en compte le temps dont on disposera pour arroser. Si on a par exemple un travail exigeant et ne peut pas arroser aussi souvent que désiré, on doit utiliser un milieu de culture qui retient l’humidité mieux que si on pouvait arroser les arbres plusieurs fois par jour.

La porosité est une mesure de la quantité de pores dans le milieu de culture ou le volume du milieu de culture qui n’est pas composé de particules solides. Elle est un paramètre très important car elle affecte le mouvement de l’eau et des gaz au travers du milieu de culture qui détermine à son tour l’activité des racines et des micro-organismes.

La porosité dans les milieux de culture non structurés est beaucoup moindre que dans les milieux de culture constitués de granulats parce que les milieux composés de granulats ont de nombreux interstices entre les grains. La quantité totale de pores est moins importante que leur répartition. Si tous les pores sont des interstices entre les grains comme dans le sable ou le gravier, l’eau sera draînée très rapidement et le milieu de culture se déssèchera vite. Dans le cas contraire, si tous les pores forment de petits espaces dans les particules d’argile, le mouvement de l’eau et des gaz sera très réduit et les plantes qui poussent dans un tel milieu connaîtront un mauvais draînage et un manque d’oxygène.

La distribution idéale des pores doit conserver suffisamment d’eau tout en permettant la diffusion adéquate des gaz dans et hors du milieu de culture. Le volume total des pores dans un milieu mal structuré peut être aussi faible que 35%, alors qu’un milieu bien structuré a un volume de pores d’environ 65%. Cela signifie que 65% du volume du milieu de culture se compose de pores et 35% du volume se compose de particules solides. Une particule dans le milieu peut contenir de grandes quantités de pores. Les particules d’argile brûlée ou de pierre ponce contiennent de nombreux pores et sont par conséquent appropriées comme milieu de culture.

La quantité de déchets organiques des arbres sous forme de petites racines qui sont perdues chaque année est probablement aussi grande voire plus grande que la quantité de déchets organiques sous forme de feuilles ou aiguilles qui tombent chaque année. Cela apporte des matières organiques au milieu de culture et aide à maintenir sa structure en ce sens que les racines qui ont pourri laissent des espaces ouverts.

La suite ici ...005 LES FACTEURS DE CROISSANCE . Partie 2.2 Nutriments

vendredi 24 février 2012, par Jean Devillers

Notes

[1Publié avec l’autorisation du site Norskbonsaiselskap et traduit du norvégien (bokmål) par J.Devillers